Didier Turbet dessine, peint et sculpte. De la pierre, du fer, ou les deux mélangés. Ses créations sont à découvrir dans la galerie Rémigny jusqu’au dimanche 5 juin.

à peine a-t-on franchi l’entrée principale de la galerie Rémigny, que s’érige l’œuvre la plus imposante de Didier Turbet. Dénommée « La Tour », « par le public, pas par moi », précise l’artiste, elle est animée par un mécanisme, qui fait le bonheur des petits et l’admiration des grands.

Des métaux de récupération La Tour fait partie d’une exposition d’une dizaine de pièces réalisées par Didier Turbet, dans le cadre de l’événement culturel L’Arrosoir, qui met les artistes locaux à l’honneur.

Les œuvres portent toutes un nom, drôles de machines sorties tout droit de l’imagination de leur créateur. « J’ai fabriqué celle-ci, Chrysalide, à partir d’un module de direction de camion », explique-t-il. « Pour celle-là, Boîte à clown, j’ai utilisé une hélingue cassée. » Des métaux que Didier Turbet récupère un peu partout et auxquels il donne une nouvelle existence. « Ces métaux ont une vie, une intelligence, ils servent à quelque chose, ont une forme propre dont je me sers. » Avant de ne sculpter presqu’exclusivement que le fer, Didier Turbet a sculpté la pierre. Qui se mélange encore parfois à ses créations. « Il faut trouver les deux bons objets. Après, ça se module tout seul, comme des Lego®. »

La sculpture n’est pas la seule corde à l’arc de l’artiste neversois. Le dessin a été sa première passion, suivie par la peinture. « J’ai exposé dès l’âge de 25 ans. La première fois, en 1979, c’était chez Katido, des potiers installés rue des Récollets. »

Les sculptures de Didier Turbet seront visibles dans la galerie Rémigny jusqu’au dimanche 5 juin.
Elles sont régulièrement exposées chez Lucien Verdenet au Guétin, à Cuffy.

Sylvie Robert

 

Article paru sur : https://www.lejdc.fr/nevers/loisirs/art-litterature/2016/05/30/didier-turbet-presente-ses-uvres-dans-le-cadre-de-larrosoir_11935623.html#refresh

2018-01-21T18:45:11+00:00